14 mars 2008

Rue des ricochets.

Rue des ricochets
notre petite Seine
où nos mains se lièrent
à la lie d'une rivière,
ivres du cordage des eaux.
Que donnerais-je
pour retenir d'une nuée d'ailes
les secrets des oiseaux,
abandonner trois galets
dans le bruit d'un « je t'aime »
qu'on ne se dira pas
encore,
mes poches pleines
de ricochets de pluie
que donnerais-je
pour me laisser porter
par le courant de tes bras
dans un chuchotis de paupières,
dérober un sursaut
à l'angle de tes lèvres,
être la toile qui naîtrait
sous tes doigts-pinceaux,
que donnerais-je
pour cette vue de la Seine
frileuse
quand elle scintille
dans tes yeux photographes.
Rue des ricochets il y a
au fond de l'eau le ciel,
ton reflet effarouché
je t'y attends le coeur
froissé
comme un mauvais poème
que j'ai écrit une nuit
près de la Seine.
Si tu savais
je donnerais tout
pour me perdre
au hasard des jours,
rue des ricochets,
cette rue qui n'existe pas
ailleurs que dans tes mains.

Posté par mlle artifice à 20:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Rue des ricochets.

Nouveau commentaire